Avez-vous pensé à camper aux États-Unis? Quelle drôle d’idée pensez-vous, mais le camping est ici une véritable institution aux antipodes du camping « made in France ». Vraiment, n’hésitez pas à passer quelques nuits dans les parcs nationaux vous ne serez pas déçus. 

Quand on évoque le camping on pense immédiatement aux habitués qui transhument chaque année vers les littoraux et s’installent sur leur emplacement fétiche pour 1 mois. Au programme : apéro chez nanard, animations autour de la piscine, élections de miss camping…bref le package du « beauf ». Vous l’aurez compris le camping en France cela n’est pas du tout ma tasse de thé.

Aux États-Unis, en revanche cela est une véritable institution, un certain retour aux sources qui n’effraie pas les citadins bien au contraire. Alors pourquoi ne pas vous laissez tenter, vous aussi!

LES TYPES DE CAMPING

Les Parcs Nationaux
Imaginez-vous, en train de vous reveiller face au Grand Canyon ou d’admirer un coucher de soleil sur Bryce Canyon ça n’a pas de prix! En fait oui, justement cela coûte pas grand chose de 10 à 30$/nuit l’emplacement (2 tentes).

Camper dans les parcs nationaux c’est vraiment le must du camping : les emplacements « campground » sont grands, immergés dans la nature avec au minimum une table de pique-nique et un barbecue (grill). Il y a en général un point d’eau et des sanitaires bien entretenus. Attention : les douches sont assez rares (prévoir de la monnaie).

Il faut absolument réserver à l’avance surtout pour les vacances d’été. Il est conseillé de réserver jusqu’à 6 mois à l’avance sur le site officiel : recreation.gov/ .Certains emplacements ne peuvent pas être réservés à l’avance et fonctionnent sur le principe « first arrived, first served », autrement dit, il faut arrivé le plus tôt possible et tenter sa chance au « Visitor Center » du parc national.

Les Parcs d’État, Forêts Nationales
Sur votre route, vous pouvez également tenter de dormir dans les « State Park » ou encore « National Forest », certes moins spectaculaires que les Parcs Nationaux mais tout aussi agréables. En plus, les prix sont ici dérisoires (8-12$) parfois même gratuit. Le paiement se fait sur place : on dépose la somme dans une urne à l’entrée et on met le talon numéroté sur sa tente ou dans son véhicule.

Les camping privés
Ils sont situés souvent en périphérie des villes et le cadre est beaucoup moins idyllique : en résumé vous serez coincés entre la route national et les « RV » (camping-car) mais vous aurez plus de confort : piscine, laverie, supérette, snack…. Le leader sur le marché sont les camping Koa. Les prix sont en général assez élevés et il vaut mieux opté pour quelques dollars de plus opter pour un motel.

Le campings sauvage
Alors les États-Unis ont beau être le pays des libertés, il n’est pas possible de partir avec son sac à dos à l’aventure. Dans certains parcs nationaux, il faut s’acquitter d’un permis spécial auprès du Visitor Center « back country permit ». Vérifiez sur le site du parc concerné : recreation.gov ou de la randonnée choisie : trails.com

DES SITES UTILES
* reserveamerica.com : véritable annuaire pour toutes vos réservations de camping
* freecampgrounds.com et * freecampsites.net : tous les camping gratuits (ou presque)
* weatherbase.com : n’oubliez pas que les parcs nationaux sont souvent en altitude et pour ne pas finir gelés, renseignez-vous avant sur la météo et prévoyez des duvets chauds même en été.

Certes camper demande un minimum de préparation, d’organisation et motivation. Les couchers de soleil féériques et les soirées au coin du feu vous feront vite oublier tous les petits désagréments du camping. Pour ceux  qui sont toujours rebutés à l’idée de passer la nuit sous la tente à côte de Yogy Bear, il existe une solution intermédiaire : la location de van aménagé.

Publicités